la chronique de l’expert: le minimalisme en question

9 Juin 2019 | la chronique de l'expert, ô quotidien

la chronique de l’expert: le minimalisme en question

9 Juin 2019 | la chronique de l'expert, ô quotidien

Bonjour la communauté d’Echappées Saines ! Je m’appelle Florence, blogueuse sur The Flonicles depuis 2008 où je parle de minimalisme, de simplicité et de consommation raisonnée. Aujourd’hui, Eva m’a laissé le clavier pour vous expliquer ce que signifie un mode de vie minimaliste, ce que ça peut apporter et comment s’y mettre. 

Le minimalisme, un mode de vie de simplicité

Être minimaliste peut signifier pas mal de choses. On parle de minimalisme en tant que courant esthétique (des lignes pures et simples, peu de couleurs généralement) mais aussi en tant que philosophie de vie. Parmi les minimalistes, on rencontre des personnes qui ont choisi de vivre avec moins d’objets mais plus de luxe, ou encore des adeptes de la simplicité volontaire et de la déconsommation. Chacun peut vivre le minimalisme à sa manière, selon ses besoins et ses objectifs.

Le principe numéro un du minimalisme reste toujours le même : vivre avec ce dont on a besoin et éviter de garder ou acquérir des choses qui nous sont inutiles. La notion de besoin est bien sûr tout à fait personnelle et dépend de chacun, c’est pourquoi il est impossible de dicter des règles générales applicables à tout le monde. Dans mon livre Moins de choses, plus de MOI !, je guide les gens à travers des questions qui leur permettent de définir quels sont leurs besoins. J’ai remarqué en entamant ma démarche minimaliste que, dans notre société actuelle, de sur-consommation, nous nous sommes retrouvés complètement déconnectés de nos besoins et même de nos sentiments et sensations !

Pourquoi adopter une démarche minimaliste ?

Il existe plein de bonnes raisons de remettre en question sa manière de consommer. La première, personnelle, est de récupérer le contrôle de ce que j’appelle le trio sacré : temps, argent, énergie. Aujourd’hui, tout le monde manque de l’un, de l’autre, souvent des trois. Mais en fin de course, le minimalisme ouvre bien d’autres portes…

Désencombrer pour alléger son quotidien

Posséder moins d’objets, ça veut dire passer moins de temps à les entretenir, à les ranger… Se reconnecter à ses besoins, c’est dépenser moins d’argent inutilement, et petit à petit faire des économies. De plus, une fois perdue l’habitude de faire du shopping pour passer le temps ou combler un vide, on récupère du temps pour soi, pour faire des choses qui nous tiennent à cœur. L’énergie nous revient car la charge mentale est moins élevée, et nous sommes moins distraits par les objets qui nous entourent et encombrent notre intérieur.

Un bienfait pour la planète

Le minimalisme va de pair avec une consommation raisonnée. Acheter moins mais mieux, c’est réduire la course à la sur-consommation et éviter de créer de la demande pour des produits de mauvaise qualité qui requièrent beaucoup de ressources et ne sont pas fabriqués de manière très éthique. Cela fait du bien à notre portefeuille mais aussi à l’environnement.

Que l’on décide de continuer à acheter neuf, mais moins, et souvent mieux, ou que l’on se tourne vers l’achat de seconde main, notre consommation reprend du sens et la Terre nous en remercie.

Les moyens de vivre ses rêves

Si le minimaliste est à la base une question d’objets et de désencombrement, finalement, ça devient surtout un moyen de bien-être et de développement personnel. Petit à petit, on se recentre sur soi, on est plus aligné, on se redécouvre, et on se surprend à déterrer de vieux rêves ou des projets de vie que l’on avait mis de côté.

Ce n’est pas un hasard si nombre de minimalistes entament également une conversion professionnelle, déménagent, ou entament d’autres grands changements dans leur vie. Reprendre le contrôle de son argent et de son temps, et regagner en énergie, permet de se lancer dans de grands projets auxquels on n’oserait pas rêver, enfermé dans la routine du quotidien et esclave de sa consommation.

C’est d’ailleurs ce qui m’est arrivé, puisque mon nouveau mode de vie m’a donné le courage de quitter mon ancienne carrière, dans laquelle je me sentais à l’étroit depuis des années, pour changer complètement de métier et envisager une expatriation dans quelques années. C’est consciente de tous ces bienfaits que j’ai développé un service de guidance et conseil qui se base sur le minimalisme et la transition écologique comme moteurs du changement.

A toi ! Comment se lancer dans la démarche minimaliste en 4 étapes ?

1/ Se poser et réfléchir à ses objectifs

Pour débuter tout changement, il faut absolument connaître ses objectifs. Prendre le temps de l’introspection pour se questionner sur tes motivations, les coucher sur le papier. Se lancer dans un changement sans savoir pourquoi on le fait, c’est l’assurance de se décourager avant d’avoir vraiment commencé. Détaille au maximum tes objectifs et essaie de voir à long terme.

2/ Désencombrer

Ensuite, prise de conscience : on fait un désencombrement, on un énorme tri de tout ce qu’on a déjà. On bloque du temps pour soi, seul, et on s’attaque au tri drastique d’un meuble ou d’une pièce. Pour cela, on prend chaque objet en main, on se demande si on en a besoin, aujourd’hui. On se débarrasse des doublons et des choses inutiles pour leur donner une seconde vie. C’est l’occasion de faire un inventaire, de nettoyer l’intérieur de ses meubles, et de ranger de manière optimisée. L’objectif de cette étape : se rendre compte de notre manière de consommer jusqu’à aujourd’hui, et visualiser le gaspillage réalisé (mais sans se flageller !).

Par la suite, il pourra s’avérer utile de refaire le tri régulièrement jusqu’à atteindre la situation qui nous convient parfaitement. Plus tu avanceras dans ta démarche, mieux tu arriveras à cerner tes besoins et plus tu auras envie de désencombrer.

3/ Arrêter d’acheter inutilement

Reprends ton carnet d’objectifs et commence une nouvelle page. Tu vas maintenant déterminer les raisons qui te poussent à acheter la plupart du temps : récompense, compensation, manque, ennui… A chaque fois que l’envie d’acheter ou d’aller faire du shopping te démange, note les conditions, tes sentiments, les événements de la journée… Sois honnête avec toi, c’est ton carnet, aucun jugement.

Une fois cela fait, prends de nouvelles bonnes habitudes : ne pas aller dans les magasins quand tu n’as besoin de rien, faire des listes et acheter seulement ce qu’il y a dessus, t’imposer quelques jours de réflexion avant de faire un achat, te désabonner des newsletters commerciales, et retrouver des passe-temps qui te font du bien (transformer le temps shopping en temps lecture, repos, sport, temps en famille…).

4/ Découvre les joies de ton nouveau mode de vie

Observe petit à petit les changements qui s’opèrent dans ta vie, prends en note, profite… après un moment, plus besoin de faire d’efforts, tu n’envisageras plus de changer ta manière de vivre !

Aller plus loin dans la démarche minimaliste

Je pourrais parler pendant des heures de minimalisme et de tout ce qui tourne autour. D’ailleurs, c’est le cas : vous me retrouverez sur The Flonicles, où je poste chaque semaine un nouvel article sur la consommation raisonnée, le minimalisme, la transition écologique, le développement personnel… Si tu veux commencer à désencombrer, tu peux t’inscrire à la newsletter et recevoir « 4 choses à désencombrer pour débuter ». Si tu veux passer directement aux choses sérieuses, c’est le guide « Moins de choses, plus de MOI ! » dont tu as besoin. Je serai également ravie de répondre à vos commentaires et e-mails  

Merci à Eva de m’avoir laissé la parole, j’espère que l’article vous a plu !

0 commentaires

C'est espace est dédié à tes remarques ou questions mon colibri, je serai ravie de te répondre

Hello petit Colibri!
Si tu es ici, c'est parce que le BIEN-ETRE t'intéresse et que tu es en quête d'une reconnection avec les merveilleux trésors que la Nature met gracieusement à notre disposition.

Newsletter

Recherche